• Yokohama chapitre 3 : Maman

    Amako s'arrêta finalement devant une grande maison très moderne, toute en béton.

     

    -J'ai fini !

    -De quoi ?

    -On est arrivé madame Mioko !

    -C-comment ça ?..

    Je jetai un coup d'œil à l'adresse de la maison de ma mère puis regardai la boite aux lettres. C'était la même adresse. Incroyable. Cette petite fille connaissait ma destination depuis le début! Mais..qui est-elle à la fin ?

    -C'est notre maison madame !

    - Notre maison ?

    -Maman t'expliquera.

    Alors là...je n'y comprends plus rien...comment savait-elle que ma mère se trouvait ici ? Et qu'entendait-elle par "notre" maison ? Qu'est-ce que ma mère me cache...

    -Tu sonnes pas ? me demanda Amako

    -Si si..

    J'inspirai un grand coup puis appuya sur la sonnette. Un "ding don" se fit entendre dans la maison. Des pas descendirent les escaliers.

    -Amako ! Je t'ai cherché partout ! Enfin..je t'avais dit de rester la !

    C'était ma mère. Toujours la même. Elle n'avait pas pris une ride. Cependant, elle avait l'air plus détendue..

    Amako baissa les yeux.

    -Désolé...je voulais voir Onee....

    Je tressaillis. Elle m'avait appelé...Onee ? Comment mais.....je suis pourtant fille unique...

    -Maman tu veux bien m'expliquer ce qui ce passe ? Quels liens j'ai avec Amako et...

    -Mioko, tu es là, ça me fais plaisir de te voir....tu m'as manqué.

    Elle souris.

    -Entre, je t'expliquerais tout au chaud.

    J'étais étonné. Ma mère à sourit ? Ça ne lui arrivait pratiquement jamais. Elle n'avait pas changé physiquement mais....elle semblait changée moralement.

    Elle me fit donc entrer avec Amako. La pièce à vivre était immense. elle contenait le salon, la cuisine et même une véranda. La décoration était plutôt chic. Ma mère n'avait donc pas changé de boulot.

    -Toujours pleine aux as à ce que je vois ? lançais-je pour combler le silence.

    -Dans le mile ! répondit ma mère en me faisait un clin d'œil malicieux.

    Décidément. Elle avait changé. Elle était beaucoup moins froide.

    -Amako, tu veux bien aller dans ta chambre ? Nous mangerons un peu en retard cela ne fais rien.

    -Oui maman !

    Elle couru vers l'escalier et gravit les marches.

    Maman....alors tout cela était...vrai ? Amako était ma soeur ?

    -Va t'assoir Mioko.

    Elle désigna un canapé couleur prune. Je m'y assis sans dire un mot et je posai mon sac à mes pieds. Deux minutes plus tard, elle revint avec une carafe et deux verres d'eau plein. Elle s'installa en face de moi, dans un fauteuil taupe.

    -Il faut que je te parle Mioko.

    -T'as intérêt parce que je la je ne comprends pas trop la situation.

    -Je pense que tu as compris que Amako était ta sœur.

    -C'est ce que j'ai cru comprendre oui.

    -C'est effectivement ta "sœur" mais pas de sang.

    -Elle est adoptée ?

    -On peut dire ça oui. En fait si j'ai enfin accepté que tu viennes c'est grâce à elle. Elle m'a ouvert les yeux Mioko. Cette fille est....différente.

    -Comment ça ?

    -Laisse moi te raconter une histoire :

    -"Il était une fois une femme nommé Kimi. Cette femme c'était moi. Elle était renfermée et froide. Et puis il arriva un beau jour ou elle rencontra un homme appelé Raito. Ton père. Cet homme était merveilleux, souriant et il était mangaka. Kimi tomba amoureuse de Raito. Il se marièrent et eurent une fille, Mioko. Toi. Kimi était moins froide, elle avait appris à aimer Mioko. Elle s'était ouverte au monde. Mais, son grand défaut était qu'elle apportait trop d'importance à son travail. Il lui fit presque oublier Mioko. Il lui fit même oublier Raito. Son travail lui à gâché la vie. Un jour, sur un coup de tête, elle quitta Raito. Prétextant qu'il n'était qu'un bon à rien. Elle le quitta sans même remarquer la tristesse de Mioko. Raito fut très triste. Il essaya de protester mais en vain. A l'heure qu'il est, il doit avoir refait sa vie. Kimi regretta de l'avoir quitté toute sa vie. Elle éleva Mioko mais elle n'arrivait plus à lui sourire. Même si elle aimait Mioko. Elle se détestait elle. Kimi s'en est voulu toute sa vie aussi de ne pas avoir donné assez d'amour à Mioko. Arriva le jour où Mioko partit de la maison. Kimi changea aussi d'habitat et chacune vécurent de leur côté. Mais, il y a de ça 2 mois, une petite fille orpheline est venue s'abriter sous le pallier de Kimi un jour de pluie. Kimi à tout de suite vu que la petite fille était différente.Elle avait un don. Elle l'a donc recueilli chez elle et l'a élevé comme ça propre fille pour combler l'absence de Mioko. La petite fille lui ouvrit les yeux tout comme Raito l'avait fait. Mais cette fois, Kimi comprit que l'amour d'une mère pour une fille était mille fois plus important que son travail. Depuis que cette petite fille est là, Kimi à retrouvé le sourire qu'elle avait perdu depuis longtemps."

    -Je...je ne sais pas quoi dire...

    J'avais les larmes au yeux. Moi qui pensait que ma mère ne m'aimait pas.

    Ma mère me pris soudain dans ses bras. Elle me câlina comme elle ne l'avait jamais fait. Comment ais-je pu penser que l'amour d'une mère n'étais pas important ? Comment j'avais fait pour vivre sans cela ? Peut importe. Car maintenant c'était terminé. Ma mère m'aimait et moi aussi.

    -Tu...tu dis que Amako à un don...quel est ce don ? demandais-je

    -N'importe où elle va, n'importe à qui elle parle, elle sème la joie. Je ne sais pas comment elle fait. Personne ne l'a connait et pourtant, les gens la salue.

    -Ah c'est donc ça...

    -De quoi ?

    -Quand elle m'a fait traverser la ville, les marchands la saluaient mais ils ne la connaissait pas ?

    -Je ne pense pas.

    -Elle est vraiment incroyable.

    -Je sais.

    Elle me sourit.

    -Je suis désolé Mioko, de t'avoir délaissé pendant toute ces années, ce que j'ai fait est impardonnable...

    -Je te pardonne maman. Je ne t'en veux pas.

    -Oh...Mioko....

    Elle m'enlaça une seconde fois.

    -Je n'ai jamais voulu quitter Raito...jamais....

    -Je sais maman, je sais.

    Un voix retentit dans l'escalier.

    -Mamann !!!! J'ai faim !!!

    C'était Amako.

    -Oh pardon ma chérie! J'avais oublié ! Mets toi à table je vais chercher les plats !

    -Onee Mioko, viens manger toi aussi !

    Je fis un sourire chaleureux à Amako.

    -J'arrive, Imôto Amako !

    Quand elle entendit le mot "imôto", Amako ouvrit grand les yeux et me fis un sourire. Elle était très heureuse que je la considères comme sa petite sœur. Moi aussi j'étais heureuse. Amako était une petite sœur formidable, je le savais d'avance.  Je m'installa à table et ma mère arriva avec un plat de yakisoba.

    Aujourd'hui allait être une belle journée.

     

     

     

     

    « Yokohama chapitre 2 : AmakoDear You Shion : Higurashi »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :