• Yokohama chapitre 1 : Dorayaki

    Ce jour la, je portais un pull long gris que j'affectionnais tout particulièrement car il était tout doux et me tenais bien chaud les soirs d'hiver. Je regardais par la fenêtre de ma chambre les flocons de neige tomber.  Ce spectacle était plaisant. Nous étions en décembre. Je tenais une tasse de café que j'avais mis au micro-onde au préalable. J'aimais le café. Beaucoup. J'en prenais presque tout les jours.

    J'ai du rester 2 bonne heures assise devant cette fenêtre. Les flocons avait maintenant surplombé les grattes-ciels en verre de Kobe. Qu'attendais-je ? Je ne le savais pas.

    Je finis tout de même par me lasser de ce spectacle qu'offrait cette merveilleuse ville. Je décidai donc de faire une activité dans laquelle je suis douée : la cuisine.

    Je pris le gros livre rouge de ma grand-mère sur l'étagère en frêne et l'épousseta. Je ne l'avais pas sorti depuis un moment d'ailleurs...

    Je tournais les pages jusqu'à trouver la fameuse recette des Dorayaki. Quand j'étais petite, ma grand-mère m'en préparais souvent et maintenant qu'elle n'est plus là...Je dois bien remplir mon ventre ! Je suis de nature très gourmande vous l'aurez compris.

    Une fois les Dorayaki au four, je me mis à bouquiner un peu. J'adore la lecture, vraiment. Cela permet de m'évader du monde réel. Je n'aime pas le monde réel. Il est ennuyeux. On a beau regarder la neige pendant des heures, on arrive pas à s'évader complètement. Dans les livres c'est magique. J'oublie où je suis, j'oublie Kobe, je m'oublies moi même. Une fois ça m'est même arrivé de rater mon arrêt car j'étais trop absorbé dans mon livre ! J'ai failli atterrir jusqu'à Osaka en train ! Enfin ce n'étais pas très loin mais ça m'aurait tout de même embêtée..j'aurais été complètement perdue ! En 23 ans, je ne suis jamais partie de Kobe. J'ai peur de l'inconnu. C'est assez étrange, venant d'un femme qui adore l'aventure dans les livres.

    "-Sors un peu ! me disait souvent ma mère

    -J'ai peur d'aller dehors...lui rétorquai-je à chaque fois

    -Je ne te comprendrais jamais !

    -Le monde des livres est différents de la réalité maman. Lire l'aventure et vivre l'aventure ce n'est pas la même chose !

    -Pfff fais comme tu veux ma fille !"

    Et voilà. Maintenant je me retrouve seule dans mon grand appartement payé par ma mère, sans personne à qui parler. Les seules fois où je sors sont pour aller chercher des choses vitales ou des livres. Du matériel de dessin aussi parfois. Oui j'aime le dessin. Et je dois dire que je me débrouille assez bien ! Dans ma tendre enfance, je voulais devenir mangaka. Mais ma mère, ne l'entendais pas de cette oreille. Elle voulais que je fasses comme elle, médecin. Car mon père était mangaka, mais ma mère avait fini par le quitter sous prétexte qu'il était un bon à rien. Alors elle ne veut pas que je suive la même voie que lui. Je comprends tout à fait son raisonnement, mais la médecine ne m'intéressait pas le moins du monde.  Aujourd'hui je me retrouve perdue, sans travail, à lire des bouquins et à me tourner les pouces. Pas si mal que ça vous allez me dire, puisqu'en plus, ma mère me prête beaucoup d'argent. Je ne veux pas être malpolie en disant ça, mais c'est vrai que ma mère est plutôt riche et elle gagne largement plus que ce qu'elle dépense. Alors qu'elle est assez dilapidatrice...

    Je fus sortie de mon livre par la sonnerie du four. Je me dirigeai vers la cuisine, peinte en blanche et gris anthracite. Cette décoration simple ne me déplaisait pas, mais j'aurais préféré plus de verdure. Il faudrait que je pense à aller en acheter un jour.

    Je pris des gants et enlevai les Dorayaki. Il avait l'air délicieux, j'étais plutôt fière de moi. Mais au fait ! J'en avais fait beaucoup trop ! Je ne vais pas manger tout ça...Uh...je suppose que j'ai un prétexte pour rendre visite à ma mère maintenant..

    Après mon départ de la maison,  ma mère avait déménagé à Yokohama. Ce n'étais que 3 heures de train et pourtant, depuis 3 ans, je ne lui ai pas rendu visite. Bien sur, je lui est passé quelques coups de fils, mais sans plus. A vrai dire, les relations entre ma mère et moi avaient toujours était froide. Comme deux collègues de bureau étant obligés de se voir tout les jours malgré leur mésentente. Ça ne m'avais jamais dérangé. L'amour d'une mère n'est peut être pas si important finalement ? Peut importe, j'allais rendre visite à ma mère, pour voir ce qu'elle devient.

    Je me dirigeai d'un pas hésitant vers le téléphone. J'avais toujours cette sensation de peur et d'inquiétude envers l'inconnu..Mais je voulais vraiment voir à quoi ressemblait Yokohama...Prendre l'air, voir ma mère, faire des croquis...Et aussi vaincre cette peur idiote ! J'ai bien mis au moins 2 minutes à me décider mais j'ai tout de même réussi à prendre une décision. J'allais vaincre cette peur, coûte que coûte.

    Je pris le téléphone entre mes mains et composa son numéro. Elle ne mis pas longtemps à répondre.

    "-Allo ? fit-elle

    -Bonjour Maman c'est Mioko !

    -Ah Mioko, ça fait combien de temps que tu m'as pas appelé...4 mois au moins ?

    -Maman... fis-je exaspéré. Comme si je lui manquait..

    -Et en quel honneur m'apelles-tu ?

    -Aujourd'hui j'ai fait la cuisine, j'ai fait des Dorayaki ! Et comme j'en est fait beaucoup trop, je pensais que c'était l'occasion de te rendre visite..qu'en penses-tu ?"

    Le silence se fit pendant un instant.

    "-C'est d'accord. Tu viendras quand ?"

    La réaction de ma mère n'étais pas commune..., d'habitude, elle évite mes invitations en prétextant être occupé...qu'est-ce qu'elle mijote ?

    "-Je viens demain ! J'arriverais sans doute vers 12h.

    -Ok, tu as besoin d'un plan pour trouver ma maison ?

    -Je me débrouillerais, merci.

    -A demain alors, bisous."

    Et elle raccrocha sans montrer plus d'enthousiasme.

    Je posai le téléphone sur son socle et alla chercher du papier pour emballer mes Dorayaki. Je les mis au frigo et m'installa devant mon PC pour acheter des billets et pour trouver un plan de la maison de ma mère. J'avais noté son adresse il y a longtemps sur un post-it collé sur le mur où se trouvait mon bureau. Il y était toujours, même si le jaune pétant du papier avait terni au soleil. Je tapai l'adresse sur mon PC qui me donna un aperçu schématique de Yokohama. J'étais à la fois excitée d'y aller et inquiète aussi. Mais bon, moi choix était déjà fait. Je partirais demain pour Yokohama.

     

    « Concours de graph n°2 ! (Inscription terminée)Yokohama chapitre 2 : Amako »

  • Commentaires

    Aucun commentaire pour le moment

    Suivre le flux RSS des commentaires


    Ajouter un commentaire

    Nom / Pseudo :

    E-mail (facultatif) :

    Site Web (facultatif) :

    Commentaire :